VAL CENTRE DE LOISIRS ET D'ARTS À COURBEVOIE

menu
share on Facebook Twitter Pinterest LinkedIn

« La maison du Val met littéralement en scène sa dimension environnementale et s’inspire symboliquement du langage rural. »

TYPE
Equipement Culturel
Jeunesse
Bâtiment Bois
Certification BBC

CLIENT
Ville de Courbevoie

EQUIPE
K ARCHITECTURES
(architecte mandataire, E.Bourdier Chef de Projet)
BATISERF (structure)
BETHAC (fluides)
CATHAC (thermicien)
F. BOUGON (économiste)
EXIT PAYSAGISTES (paysagiste)
TECHNI’CITE (VRD)
ACT ENVIRONNEMENT (HQE)

SURFACE
1 000 + 5 470 ext. m²

BUDGET
4,9 M€ HT

PROGRAMME
salle de musique et de danse, théâtre et ateliers de création + jardin public

SITE
Courbevoie

DATE
Livré en 2013

LE CONTEXTE

Le site se trouve au cœur d’un îlot pavillonnaire hétéroclite et séculaire. Sa densité et son style modeste manifestent l’antithèse du quartier de La Défense qui dresse ses plus proches tours à moins de 200 mètres.

L’ENJEU

Inventer un bâtiment capable de narrer une nouvelle façon de vivre une ville compatible avec la biodiversité. Le programme prévoit une architecture en symbiose avec le paysage.

LE CONCEPT

Le centre de Loisirs de Courbevoie, dit « Maison du Val » met littéralement en scène la dimension environnementale souhaitée par la maîtrise d’ouvrage.
Ainsi, il puise dans la mémoire collective des formes et des images qui racontent un environnement idéal situé entre ville et nature. Fermes, granges et autres volières sont clairement évoquées, opérant un lien spontané avec notre imaginaire.

Cette approche réactualise les topiques vernaculaires dont les qualités en terme d’empreinte écologique sont encore inégalées.
Le bois est massivement utilisé pour deux raisons. La première pour ses qualités durables et sa capacité à emprisonner une quantité importante de CO2. La seconde, plus subjective, réside dans sa capacité culturelle à transmettre une image douce et naturelle liée aux valeurs défendues par le projet.

L’édifice repose délicatement sur des poteaux frêles pour laisser filer sous lui un jardin conçu simultanément, tandis qu’une paroi en miroiterie permet de confondre le hall avec le parvis.

Au-delà d’un exercice de style de la famille des « folies de parc » et loin d’un bâtiment de style néo-institutionnel, le « VAL » cherche à offrir un univers singulier dans lequel les enfants et les plus grands puissent s’y faire des « mondes ».