MIR MAISON INTERNATIONALE DE LA RECHERCHE À CERGY-PONTOISE

menu
share on Facebook Twitter Pinterest LinkedIn

« Les façades largement vitrées offrent le reflet flou des ambiances lumineuses et du paysage. A la tombée du jour, la MIR se fait Luciole de l’Université ».

TYPE
enseignement supérieur

CLIENT
EPAURIF

EQUIPE
K ARCHITECTURES (architecte mandataire)
AIA INGENIERIE (TCE)
AIA ENVIRONNEMENT (HQE)
ALTIA (acousticien)

SURFACE
5 533 m²

BUDGET
11,5 M€

PROGRAMME
Pôle Institut des Etudes Avancées (auditorium et salle de conférences), Pôle Recherche (laboratoires), Pôle enseignement et ressources documentaires, Accueil, Locaux techniques

SITE
Cergy-Pontoise

DATE
études en cours

CONTEXTE

La Maison Internationale de la Recherche prendra place au cœur du campus de Cergy-Pontoise dans le quartier des Chênes d’Or. L’Université s’inscrit dans le vaste projet urbain de rénovation du Grand Centre de Cergy qui répond à la fois à ses enjeux propres et aux enjeux de développement de la ville.

 

ENJEUX

Pour améliorer son rayonnement régional, national et international, l’Université de Cergy-Pontoise souhaite conforter un peu plus son ancrage territorial, s’orienter vers une pluridisciplinarité des disciplines et des partenariats avec les entreprises. Pour répondre à ces ambitions, la MIR, tant dans sa conception spatiale que dans l’image qu’elle renvoi, doit encourager la sociabilité, la rencontre et l’échange et se faire le média de cette synergie autour de l’innovation.

 

CONCEPT

De par la densité du programme, le projet se moule aux contours de l’étroite parcelle trapézoïdale. De cette géométrie anguleuse mais néanmoins simple, il en émerge un volume vif et épuré aux lignes rigoureuses.

Le parvis public minéral longe les espaces de convivialités et les espaces d’accueil comme en prolongement de ceux-ci. Il s’étire depuis la rue des Chênes vers le cœur de l’Université, amorce le lien indispensable entre l’édifice et la gare de Cergy-Préfecture.

Face aux architectures hétéroclites qui entourent le projet, nous avons recherché une écriture contrastée par sa simple et son élégance qui puisse porter les ambitions attendues et puisse refléter la dynamique initiée. Le principe de façade se déroule quelle que soit les orientations, évitant ainsi l’écueil d’une « façade arrière » face à l’ENSA.

Tel un socle précieux, les deux premiers niveaux, qui accueillent en grande partie les espaces dédiés à la rencontre et à l’échange des savoirs entre les diverses disciplines, s’habillent d’une matérialité douce et chaleureuse. Sertis d’une peau de verre et d’un péristyle de bois qui se distinguent volontairement des niveaux supérieurs, ils offrent une transparence sur les émulations des espaces d’accueil et de l’Institut des Etudes Avancés, et invitent au franchissement.

Le Hall d’accueil donne vue sur les espaces de convivialité et le foyer comme s’ils ne faisaient qu’un. Déployés en double hauteur, ils offrent la générosité de leurs volumes et une ambiance conviviale. Le foyer largement ouvert en transparence sur le Hall et le Fil d’Ariane, offre une vue traversante du Parvis vers l’ENSA.

Les cinq niveaux supérieurs accueillent les espaces d’enseignement et les laboratoires. Les façades s’habillent d’une matérialité plus stricte. Les façades largement vitrées s’ombrent de lames verticales d’aluminium brossé aux tonalités changeantes offrant le reflet flou des ambiances lumineuses et du paysage. A la tombée du jour, la MIR se fait Luciole de l’Université.