BOOK_K_SKO-p01 1 / 17
sko_icon-3 2 / 17
sko10 3 / 17
sko01 4 / 17
sko00 5 / 17
sko02 6 / 17
sko03 7 / 17
sko04 8 / 17
sko09 9 / 17
sko11 10 / 17
sko15 11 / 17
sko08 12 / 17
sko07 13 / 17
sko13 14 / 17
sko12 15 / 17
sko14 16 / 17
sko06 17 / 17

BOOK_K_SKO-p01

SKO

MÉDIATHÈQUE

 

UNE ATTITUDE CONTEXTUELLE

Une géographie sensible…
Une ville fortifiée riche de son histoire…
Dans le Parc naturel transfrontalier de la Scarpe…
Une friche industrielle reconvertie en réserve naturelle….
Un site aux franges de la ville de Condé sur l’Escau…
Longeant les berges fragiles du canal…
Un sol meuble laissant émerger quelques vestiges de fortifications de type Vauban…
La médiathèque, lieu de culture et outil indispensable du savoir, se nourrit du site dans sa géographie, son histoire et ses enjeux environnementaux.
Elle évite les excavations trop douloureuses, respecte ses nivellements et ses fragments d’histoire, emprunte sa matière et sa poétique aux architectures de bord d’eau.
Le projet se pose entre les murs épais d’histoires sans jamais les toucher et s’élance sur ses pilotis comme pour enjamber le canal.
Mais à l’image d’un ponton plus que d’un pont, la médiathèque reste comme suspendue, dans un état contemplatif, au-dessus des eaux calmes.
Une passerelle d’accès longe les espaces de consultations au nord puis dérive légèrement pour réunir les deux berges.
L’architecture se fait légère, transparente et tendre face aux épaisses et sombres murailles militaires.
Une peau de bois de Mélèze clairsemée de verre, enveloppe le bâtiment de haut en bas.
 
Les longues façades, orientées au nord et au sud, s’ouvrent largement sur les perspectives lointaines du canal.
Autour du bâtiment, un biotope lacustre sera reconstitué le long des berges. Quelques pontons de bois traverseront les roselières et offriront quelques lieux de privilèges aux pêcheurs et autres contemplatifs.
Au delà de son contexte immédiat, la médiathèque en appelle à l’architecture industrielle qui est indissociable de la culture et de l’histoire du bassin houiller dans lequel est fondée Condé sur l’Escaut.
Ainsi, la médiathèque reprend  l’image des chevalements que les compagnies minières ornementaient et surélevaient pour mieux se distinguer dans le territoire. La médiathèque se prolonge donc d’un « beffroi » pour se signaler à longue distance.
 
Cette tourelle revisitée symbolise aussi l’extraction d’une nouvelle ressource, plus propre et plus durable, celle de l’énergie thermique de la terre qui va servir à chauffer directement le bâtiment.
 
Cette édification sert également à s’élever pour contempler la cité fortifiée de Condé sur l’Escaut et offre un point de vue inédit jusqu’au terril de Chabaud-Latour.

  • Type: culturel_ médiathèques, conservatoires
  • État: concours
  • Année: 2008
  • Ville: Condé sur l’Escaut
  • Client: Ville de CONDÉ sur l’Escaut
  • Superficie: 1 605 m2 shon
  • Budget: 2 330 000 € H.T. travaux
  • Équipe: k-architectures (Karine Herman et Jérôme Sigwalt architectes associés, Emilie Bourdier architecte chef de projet)
  • Prestation: Mission base complète MOP + EXE partiel, paysage et signalétique